Préparer une rentrée 2020 inspirante et numérique

Le 12 mars dernier, nous avons tous été pris par surprise par l’évolution effrénée des événements. C’est comme si nous avions vécu l’équivalent de 365 jours en moins de 24 heures, ce n’est pas peu dire! En un claquement de doigts, toutes les sphères de nos vies ont été chamboulées. Mais qu’en est-il pour nos jeunes? 

Prenons deux minutes pour se mettre dans leur peau. Imaginez que du jour au lendemain votre école ferme, vous ne pouvez plus voir vos ami.e.s et qu’on vous dit de rester chez vous pour une période indéterminée. Quelque peu paniquant, n’est-ce pas? Une récente recherche présentée par le Réseau Réussite Montréal et réalisé conjointement par différentes chaires de recherches en psychoéducation démontre que le tiers des jeunes présente une détresse psychologique élevée. De ce fait, le niveau des symptômes dépressifs est des plus inquiétants: sentiment de solitude, dévalorisation, manque de confiance en l’avenir, pour ne nommer que ceux-ci. 

Évidemment, la motivation scolaire en a pris un grand coup. Les risques de décrochage au postsecondaire sont d’ailleurs plus élevés que jamais. Il va sans dire que la question financière joue un grand rôle dans cette démotivation des étudiants collégiaux et universitaires. L’article Décrochage à prévoir à l’université et au cégep de La Presse révèle qu’« un répondant sur deux a dit que la crise de la COVID-19 avait rendu “ le paiement des frais de scolarité plus difficile ” et le “ coût de la vie moins abordable ” ». Alors, on peut anticiper que cette démotivation ne fera que s’accentuer en prévision de la rentrée. 

Ceci étant dit, comment pouvons-nous nous adapter tout en aidant les jeunes à cultiver leur motivation scolaire jusqu’à la prochaine rentrée? 

Facteurs de résilience pour aider les ados face à la pandémie

Au webinaire de Réseau Réussite Montréal datant du 21 mai dernier, plusieurs facteurs suscitant la résilience ont été nommés comme étant les meilleurs alliés pour les ados face à cette pandémie. Comment pouvons-nous, en tant qu’intervenants, activer cette résilience? Tout d’abord, favoriser le développement des compétences socioémotionnelles est primordial dans cette bataille. Que ce soit des ateliers sur la maîtrise de soi, les relations interpersonnelles ou encore la conscience sociale, l’animation de ce type d’activités de groupe peut réellement aider le jeune à se découvrir tout en extériorisant les pensées négatives qu’il peut avoir accumulées au cours du confinement. 

Autre volet essentiel : le soutien des pairs. Nous sommes tous dans le même bateau et nous avons tous vécu, bien que différemment, la même chose. Faire sentir au jeune qu’il n’est pas seul lui permettra d’évacuer son stress et ainsi de mieux gérer sa capacité d’adaptation. Dans la situation, en tant qu’intervenant, il est des plus pertinents de soutenir le jeune en l’aidant à mettre en place un réseau de soutien constitué d’adultes inspirants. Par exemple, plusieurs ressources communautaires telles que Grands Frères Grandes Soeurs ou Academos sont là pour offrir ce genre de soutien pour les jeunes. Il va sans dire que la présence d’un adulte responsable qui est à son écoute atténuera les effets négatifs du stress! 

Une solution pour la rentrée 2020: le numérique pour susciter la persévérance scolaire 

S’il y a une chose qui est sûre, c’est que la rentrée 2020 se fera sous le signe de la distanciation sociale. À quel point les cours se donneront à distance? Ça, personne ne le sait encore. Toutefois, il faut assurément prévoir des continuums de services à distance pour les élèves en cas de nouvelle vague d’infections. Dans ce contexte, deux solutions deviennent particulièrement intéressantes, puisqu’elles sont numériques mais aussi parce qu’elles favorisent la résilience et la connexion avec des pairs. En effet, par son expérience intuitive et son parcours exploratoire, Enio fait la part belle à la connaissance et la maîtrise de soi. L’autre solution, Academos, permettra au jeune de trouver le soutien d’adultes de divers milieux qui peuvent l’inspirer et l’aider à se projeter au-delà de la situation actuelle. 

Bref, peu importe notre secteur d’activités ou notre mandat, il existe une plateforme pour nous aider dans notre quête. En apprenant à se connaître, en ayant un objectif professionnel en tête et en ayant le soutien d’un mentor, le jeune peut stimuler sa motivation et ainsi encourager sa persévérance scolaire. Comme l’expression le dit si bien : « Tout est dans tout. »

Travaillons donc tous ensemble pour qu’un maximum de jeunes se retrouvent sur nos bancs d’école motivés à la rentrée! 

Classés dans :